Les Khans \"auberges\" traditionnels : nerfs économiques de la vieille ville de Karbala

Ville Sainte de Karbala

2015-12-27

679 visites

Le terme de khan,jusqu’à une recente époque ,était une des appellations courrantes phonique et contenu dans la ville de Karbala en raison de son importance sur la réalité économique et sociale de ses habitants .Les vieux  khans s’y répandaient ,notamment ,Karbala était et l’est encore un lieu bien visité  « qibla » par des visiteurs ,venus de partout, du monde islamique .

Les khans , des batiments construits pour le commerce ,l’industerie,et la résidence touristique.Ils formmaient  les hotels de cette époque-là.Le khan  se compose de ruz-du-chaussé ,qui est un marché commercial et industriel ,dans lequel  trouvaient les voyageurs des écuries pour leur chevaux ,par ailleurs ,il  avait une  étage supérieure  comprenant des chambres pour la résidence des voyageurs et des négociants.

Le khan avait une grande  porte que le gardien fermait à l’heure du couchant et une petite ne s'ouvrait  pas à ses  habitants  par le gardien  qu’au cas  d’urgence .Le plus souvent ,les marchés sont destinés pour la vente en détail mais le khan pour celle en gros .

Le pèlerin ,Said al khafagie ,compté parmi les rares vieux qui est vivant encore  dans la ville ,a-t-il dit en nous informant  de l’appartenance des khans ,et les causes de leur construction :« la plupart des khans appartient aux  gens riches .Ils se sont construits pour faire durer et favoriser l’arrivée des marchandises de toute la région  de l’Irak ,,exportées et importées  et les emmagasiner .D’ailleur,les khans sont des sources riches pour faire parvenir les fonds (l’argent) gagnés du tourisme étrangers « visiteurs,négociants,aussi que les voyageurs qui sont arrivés à la ville .

 

Le khan Abu al duhun (huile)

Monsieur Aubeide Tabour, né dans l’un  des khans de l’ancienne ville ,nous en parle de la nature de services y présentés et fourrnis par les khans aux gens à cette époque-là ,dit-il ,Le khan abu al Duhn étais ,jusau’au début des années cinquante du siècle dernier , au milieu de la ville ,comprenant des magasins commerciaux ,sous la forme d’un hall parmi d’autres selon le meme type ,l’un attaché à l’autre ,occupés par les négociants et les professionels  pour répandre les marchandises .Accueillir  les visiteur et garder les marchandises et  les magasins  ,di-il , c’était mon métier ,en plus j' entretiens le khan aussi qu’en faisant le ménage .

Le terme de khan ,jusqu’à une récente époque ,était une des appellations courantes phonique et contenu dans la ville de Karbala en raison de son importance sur la réalité économique et sociale de ses habitants .Les vieux  khans s’y répandaient ,notamment ,Karbala était et l’est encore un lieu bien visité  « qibla » par des visiteurs ,venus de partout, du monde islamique .

Les khans , des bâtiments construits pour le commerce ,l’industerie,et la résidence touristique. Ils formaient  les hôtels de cette époque-là.Le khan  se compose de ruz-du-chaussé ,qui est un marché commercial et industriel ,dans lequel  trouvaient les voyageurs des écuries pour leur chevaux ,par ailleurs ,il  avait une  étage supérieure  comprenant des chambres pour la résidence des voyageurs et des négociants.

Le khan avait une grande  porte que le gardien fermait à l’heure du couchant et une petite ne s'ouvrait  pas à ses  habitants  par le gardien  qu’au cas  d’urgence .Le plus souvent ,les marchés sont destinés pour la vente en détail mais le khan pour celle en gros .

Le pèlerin ,Said al khafagie ,compté parmi les rares vieux qui est vivant encore  dans la ville ,a-t-il dit en nous informant  de l’appartenance des khans ,et les causes de leur construction :« la plupart des khans appartient aux  gens riches .Ils se sont construits pour faire durer et favoriser l’arrivée des marchandises de toute la région  de l’Irak ,,exportées et importées  et les emmagasiner .D’ailleurs ,les khans sont des sources riches pour faire parvenir les fonds (l’argent) gagnés du tourisme étrangers « visiteurs ,négociants ,aussi que les voyageurs qui sont arrivés à la ville .

 

Le khan Abu al duhun (huile)

Monsieur Aubeide Tabour, né dans l’un  des khans de l’ancienne ville ,nous en parle de la nature de services y présentés et  fournis par les khans aux gens à cette époque-là ,dit-il ,Le khan abu  al Duhn étais ,jusqu' ’au début des années cinquante du siècle dernier , au milieu de la ville ,comprenant des magasins commerciaux ,sous la forme d’un hall parmi d’autres selon le même type ,l’un attaché à l’autre ,occupés par les négociants et les professionnels  pour répandre les marchandises .Accueillir  les visiteur et garder les marchandises et  les magasins  ,di-il , c’était mon métier ,en plus je entretiens le khan aussi qu’en faisant le ménage .

 

Un peu à l’approche du coucher du soleil, je fermais les portes du khan, dans la peur du pillage, ou encore la fuite de bétail dont les propriétaires y mettent puisqu’ils y trouvent un bon auberge. ".

Il y avait dans chaque khan, ajout-il Tabour, un coiffeur, un sage pour prendre soin des cas urgents, comme la migraine et le mal à la dent.

 

La façon d'arracher la dent

Mais il nous a dit un paradoxe anecdote concernant une façon de traitements suivie à cette époque -là pour arracher la dent cariée et déchainée :" le sage emmène le plus souvent ,avec lui un garçon entrainé à anesthésier le patient dont la dent est cariée, selon l'ancienne façon  .Ce garçon s'arrête derrière le patient  sans qu'il sente sa présence ,en tenant une bâton  épaisse par la main  .Il le frappe à  la tête  pour que le patient perde conscience  ,à ce moment le sage commence à arracher facilement  la dente cariée .On  apporte ensuite le malade en saignant de tête et de bouche à un lieu pour le laver et le faire réveiller  .

 

L' ancient   khan "auberge" al Zawra

    Mais à ce qui concerne le khan de la maison de Wachah connu  en ce moment  par khan d'  al Zawra par rapport à la ligue  des supporteurs du club al Zawra qui le prennent un siège .Il se trouve au début de la rue d'Abbas .Cette rue est considérée comme la rue  commerciale la plus importante de la ville .Ce Khan est considéré  le plus ancien parmi les khans de la ville après l'ouverture d'une partie de la muraille qui entoure la ville de Kerbela en 1881,suite à l'ordre de Medhat Pacha de faire exister les deux banlieues ,Al Abassya d'est et celle d'ouest dont la plupart des habitants sont des juifs .

Abrahim al Ameri ,un actif à l'archive dans 'histoire de  la ville a dit :le khan d'al Zawra était un centre commercial très important dans la ville avant que la muraille se disparaisse .Il était un rendez-vous pour des différents négociants ,ainsi qu'un réservoir  pour les marchandises ,comme laine ,  dattes , sel , huile  et cuir venant des autres préfectures

.

Al Ameri  a ajouté :beaucoup de caravanes commerciales ont pris de ce Khan "auberge"un point de départ pour Iran et les pays du Golf Arabe .

.

Al Ameri  a repris :Le khan se change en exposition de vente et du  commerce des voitures importées lors de l'occupation britannique .  

Il y  avait  un puis d'eau  se sert à l' abreuvage dont les  traces  sont encore ineffaçables .Il se change en  groupe commerciale  qui comprend plusieurs magasins ,usine de menuiserie  et la production des sucreries .

Khan Al Niss"le milieu" et Al Rube"le quart ".

En plus des khans  se sont répandus hors des frontires de la ville ,sont encore vus qui existent au sud de Kerbela ,comme khan Al a'ytichi , khan Al re'baa , qui se sont classés  parmi les lieux d'héritage

 

 

Selon les sources historiques :ces khans se sont construits par les Safawyens , parmi des séries de khans  lors de leur occupation de l'Irak  ,pour  assurer le départ des caravanes de visiteurs qui s'orientent vers les sanctuaires sublimes  ,et être abri pour eux  .La distance entre les khans est  prise en considération à condition que cette distance ne dépasse pas une  démarche  d'un seul  jour de marche .La caravane  part l'aube pour arriver au couchant du soleil , toujours selon Al- Ameri   

Récents

Le plus commun

Cela pourra vous plaire aussi