Un poème dédié à l'Imam al-Abbas (as)

Sur la rivière

Ils ont égorgé la fraternité

Qui sanglota

Dans sa fidélité.

 

Lorsque tu as rendu l'âme

Ta lumière dispersa l'obscurité

Ces maudits ignobles s'enfuyaient

De peur qu'ils ne soient exterminés.

 

À côté de la rivière

Tu as laissé deux mains

Qui ont arrosé la terre

De ton sang pur.

Des mains qui brillent

Comme des phares qui rient.

 

L'eau, tu n'as jamais voulu en boire

Elle te supplia de la toucher

Et qu'elle soit fière pour toujours

De ce geste

qui ne se répète point.

 

Ô Abu al-Fadhil (as)

Ton frère Hussain (as)

Larmes aux yeux

Chagrin au cœur

S'approcha de toi

Pour te faire ses adieux.

Hélas ! il était plongé dans son deuil

Eternel .

 

 

 

   

 

  

 

  

 

 

    

 

 

  

 

 

 

pièces jointes