L'Autorité Religieuse Suprême s'adresse aux responsables qui volent les deniers publics: votre vie est polluée de Haram

Sermons du Vendredi

2016-05-23

271 visites

L'Autorité Religieuse Suprême a qualifié les dirigeants du pays qui volent les deniers publics de traîtres. En fait, le fait de lire une lettre historique de l'Imam 'Alî (as) qui adresse des réprimandes aux corrompus signifie pointer du doigt les actuels dirigeants de l'administration du pays qui s'enrichissent de l'argent du contribuable.

Le Représentant de l'Autorité Religieuse Suprême, Cheikh Abdou Mahdi Al-Karbalâ'i a lu  le sermon du vendredi 12 Cha'bâne 1437 H (20/05/2016) un texte de l'Imam 'Alî (as) destiné à certains de ses fonctionnaires qui trahissaient la confiance et détournaient l'argent public:

«Comme si tu ne voulais pas que ton Jihad fût pour Allah, comme si tu  ne connaissais pas ton Seigneur, et comme si tu voulais conspirer contre cette nation, tu avais l'intention de la tromper, ce qui fait que lorsque tu avais l'occasion de trahir cette nation, tu te précipitais, et volais son argent déposé pour ses veuves et ses orphelins. Et comme si tu n'es pas le père de quelqu'un, tu es la honte de ta famille, de ton héritage, de ton père et de ta mère.  Glorifie Allah donc, ne crois-tu pas à la Résurrection ou n'as-tu pas peur du Règlement des Comptes? Et je jure par Allah que si  Al-Hassan et Al-Hussein faisaient ce que tu as fait je n'aurais pas de pitié à leur égard

L'Imam 'Alî (as) traitait l'un de ses fonctionnaires qui volait l'argent public de félon qui n'avait pas l'intention d'être récompensé par Allah, mais qui voulait tout juste s'enrichir des deniers publics en utilisant sa position pour trahir la nation.

« lorsque tu avais l'occasion de trahir cette nation, tu te précipitais, et volais son argent»

C'est-à-dire que cet homme observe seulement la situation pour que si la moindre occasion se présente, il en profite, et trahit la nation.

Et le Représentant de l'Autorité Religieuse  Cheikh Abdou Mahdi Al-Karbalâ'i a ajouté que le fait de lire ce texte ne veut pas dire vous faire entendre seulement un récit historique concernant l'un des fonctionnaires de l'Imam (as) qui détournait les deniers publics, mais l'objectif est de pointer du doigt les administrateurs du pays qui s'enrichissent sur le dos du peuple.

«Tu portes cet argent vers le Hijaz en te réjouissant»

L'Imam (as) lui adresse des réprimandes en lui disant qu'il porte cet argent vers son pays en étant contant comme s'il avait reçu cette somme de son père et de sa mère, alors qu'il est la honte de sa famille.

«Glorifie Allah, ne crois-tu pas au  Jour de la Résurrection?»

L'Imam (as) s'est étonné, d'une part, de la conduite de cet égaré, c'est pourquoi il le questionne de cette manière, puisqu'il le considérait comme quelqu'un de bonne foi et doué d'intelligence, mais son acte ignoble montre son véritable visage. Et d'autre part, l'Imam se questionne comment cet homme pouvait-il utiliser cet argent en sachant qu'il appartient aux musulmans, à leurs orphelins et veuves. Et au lieu  de dépenser cet argent au service des musulmans il préfère l'utiliser pour satisfaire ses besoins. Ce qui fait que toute sa vie est polluée de Haram.

Et cela signifie que celui qui croit au  Jour de la Résurrection et du Jugement doit se méfier des biens mal acquis.     

 

 

Vérification par Sylvie Gérard-Fontane

Récents

Le plus commun

Cela pourra vous plaire aussi